Les 2 et 3 novembre le Conseil Européen des Syndicats de Police (CESP) représentant 350 000 policiers de 20 pays (dont 13 membres de l’UE) regroupant 21 syndicats – a tenu son Comité Exécutif à Tirana sur le thème :

“Situations psycho traumatiques chez les policiers – Prévention et Réparation”

Les membres du CESP rappellent :

Les policiers sont continuellement exposés, dû à la nature de leur travail, à des incidents qui se caractérisent par de l’imprévisibilité, par des menaces de danger quant à leur intégrité physique ou par le contact avec la mort (accidents de la route, fusillades, suicides, homicides, etc.).

Au plan psychologique, la souffrance engendrée peut être si élevée que suite au développement de ce trouble, des problèmes d’anxiété, de dépression, d’abus de psychotropes, le divorce et même le suicide chez les policiers peuvent apparaître.

Les membres du CESP réclament :

La confidentialité, pour que le policier qui recherche un soutien psychologique se sente protégé et non exposé auprès de ses supérieurs. Le succès de ce type de programme repose sur la confiance qu’a le policier en ses collègues et/ou conseillers.

Une action préventive incluant un programme de formation, l’enseignement de stratégies de gestion du stress efficaces et spécifiques à son milieu de travail, des exercices de simulation à l’aide d’un scénario (visualisation d’une fusillade, rixe, différent familial, etc.)

Un soutien post-traumatique rapide, assuré par des services spécialisés dédiés. Le type de soutien reçu immédiatement après le traumatisme a un impact sur la rapidité et la qualité du rétablissement.

Une évaluation des réactions physiques d’anxiété, des réactions émotionnelles négatives, d’un état de stress aigu suite au traumatisme vécu afin de dépister plus rapidement les individus risquant de développer des symptômes post-traumatiques.

Tirana (Albanie)

2-3 Novembre 2012

en_GB
fr_FR